INfos mazout et indices des prix

infos mazout du 20 juillet 2018

Les cours du pétrole ont terminé en ordre dispersé jeudi, réagissant toujours à un recul des stocks américains de produits raffinés tout en s'interrogeant sur le niveau d'approvisionnement mondial de brut. Les cours ont évolué de manière divergente alors que les marchés ont été rendus nerveux par la perspective d'une baisse de la demande mondiale en raison de mesures protectionnistes, d'une hausse de la production en Arabie saoudite et en Russie et d'une reprise des exportations libyennes.

Concernant le pétrole coté à New York, les marchés ont continué à réagir à un rapport hebdomadaire sur les stocks de brut publié la veille par l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA).Lors de la semaine achevée le 13 juillet, les réserves commerciales de brut ont progressé de 5,8 millions de barils mais les réserves de produits raffinés ont chuté davantage que prévu, ce que les courtiers ont décidé de retenir mercredi en soutenant les cours.
L'Organisation des pays exportateurs de pétrole et plusieurs partenaires sont tenus depuis 2017 par un accord de réduction de leur production pour faire monter les prix, mais le niveau actuel de production de ses membres est difficile à établir clairement après la décision de ceux-ci de desserrer un peu l'étau de leur accord.
Les exportations en provenance d'Arabie saoudite, du Koweït et des Emirats arabes unis ont fortement avancé en juin, faisant augmenter les exportations de l'ensemble des membres de l'OPEP de 1,8 million de barils par jour.Les exportations iraniennes de brut ont pour le moment peu diminué malgré la récente annonce américaine de réinstaurer des sanctions financières contre ce pays.

infos mazout du 20 juillet 2018

Les cours du pétrole ont terminé en ordre dispersé jeudi, réagissant toujours à un recul des stocks américains de produits raffinés tout en s'interrogeant sur le niveau d'approvisionnement mondial de brut. Les cours ont évolué de manière divergente alors que les marchés ont été rendus nerveux par la perspective d'une baisse de la demande mondiale en raison de mesures protectionnistes, d'une hausse de la production en Arabie saoudite et en Russie et d'une reprise des exportations libyennes.

Concernant le pétrole coté à New York, les marchés ont continué à réagir à un rapport hebdomadaire sur les stocks de brut publié la veille par l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA).Lors de la semaine achevée le 13 juillet, les réserves commerciales de brut ont progressé de 5,8 millions de barils mais les réserves de produits raffinés ont chuté davantage que prévu, ce que les courtiers ont décidé de retenir mercredi en soutenant les cours.
L'Organisation des pays exportateurs de pétrole et plusieurs partenaires sont tenus depuis 2017 par un accord de réduction de leur production pour faire monter les prix, mais le niveau actuel de production de ses membres est difficile à établir clairement après la décision de ceux-ci de desserrer un peu l'étau de leur accord.
Les exportations en provenance d'Arabie saoudite, du Koweït et des Emirats arabes unis ont fortement avancé en juin, faisant augmenter les exportations de l'ensemble des membres de l'OPEP de 1,8 million de barils par jour.Les exportations iraniennes de brut ont pour le moment peu diminué malgré la récente annonce américaine de réinstaurer des sanctions financières contre ce pays.

infos mazout du 19 juillet 2018

 Les cours du pétrole ont progressé mercredi, des données sur les stocks américains hebdomadaires de produits raffinés se montrant très inférieures aux anticipations des analystes. Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en septembre a clôturé à 72,90 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 74 cents par rapport à la clôture de mardi.
Les réserves américaines d'essence ont baissé de 3,2 millions de barils, soit bien plus que les prévisions des analystes qui tablaient sur un recul de seulement 700.000 barils pour la semaine achevée le 13 juillet, d'après l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA).
Les stocks d'autres produits distillés (fioul de chauffage et gazole) ont quant à eux reculé de 400.000 barils tandis que les prévisions des analystes tablaient sur une hausse de 1,18 million de barils. Alors que les cours reculaient avant ce rapport, les données concernant les stocks de produits raffinés sont venues donner un coup de fouet au marché.
Les réserves de brut ont quant à elles affiché une hausse surprise de 5,8 millions de barils sans pour autant faire chuter les cours car "il s'agit principalement d'un phénomène passager et circonscrit à cinq rafineries sur la côte est du pays.
Les analystes ont également noté que les cours ont été influencés par des informations de presse faisant état de nouveaux troubles entre les rebelles houthis au Yémen et l'Arabie saoudite, engagés actuellement dans un conflit militaire.
Parallèlement, les marchés craignent que l'administration du président américain Donald Trump puise dans les réserves stratégiques nationales pour faire reculer les cours. Le président Trump fait tout ce qui est en son pouvoir pour faire baisser les cours de l'essence, et avec la Russie si prompte à proposer au président une branche d'olivier, et l'Arabie saoudite qui est dans la poche de M. Trump quand il s'agit d'augmenter la production, on a du mal à voir les cours inverser la tendance baissière.

infos mazout du 18 juillet 2018

Les cours du pétrole reculaient à nouveau mercredi en Asie, dans un contexte de craintes sur une augmentation de l'offre et d'estimation surprise sur une hausse des stocks américains.
Les cours sont sous la pression d'un faisceau de nouvelles baissières, comme la perspective que les États-Unis puisent dans leurs réserves stratégiques et qu'ils fassent des exceptions pour les pays qui souhaiteraient continuer à acheter du brut de Téhéran après le rétablissement des sanctions américaines.
Les investisseurs jouent aussi des informations sur le redémarrage de champs pétroliers libyens et sur une hausse de la production et des exportations venues d'Arabie saoudite, de la Russie et d'Irak. La fédération privée American Petroleum Institute a fait état d'une hausse surprise de 629.000 barils de brut aux États-Unis alors que les analystes s'attendaient à un recul de 3,622 millions de barils.Les marchés attendent désormais les chiffres officiels de l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA).

infos mazout du 17 juillet 2018

Les cours du pétrole rebondissaient mardi sous l'effet d'achats à bon compte après avoir plongé à des plus bas de trois mois à cause de craintes sur une augmentation de l'offre et le recours par les Etats-Unis à leurs réserves stratégiques.
La veille, les cours avaient fortement chuté en raison d'un faisceau de nouvelles sur les perspectives d'augmentation de l'offre mondiale.
La grande nouvelle, c'est que le secrétaire américain au Trésor a dit que les États-Unis voulaient que tout le monde importe zéro pétrole iranien mais étaient prêts à faire des exceptions pour les pays qui souhaiteraient continuer à acheter du brut de Téhéran après le rétablissement des sanctions américaines.
Les marchés pétroliers s'écroulent, les tendances baissières se renforcent alors que les États-Unis envisagent sérieusement de puiser dans leurs réserves de pétrole stratégiques. En outre, jouent aussi les rumeurs d'augmentation de la production russe après la branche d'olivier tendue par le président russe Vladimir Poutine sur une augmentation du nombre de barils.
Les marchés attendent désormais les estimations de la fédération privée American Petroleum Institute sur l'état des stocks de brut américain.
Lundi, le Brent a clôturé à 71,84 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 3,49 dollars.

Ces indications, sans engagement, reposent sur le prix indicatif du jour pour une livraison franco citerne de 4'000 litres de mazout extra-léger, TVA, taxe Co2 et RPLP incluses.
Source : Office fédéral de la statistique
Calculation : Union Pétrolière, Centre Information Mazout, 1008 Prilly

Mazout : consommation annuelle 3001-6000l
Gaz : type de consommation II pour maison individuelle
Electricité : type de consommation V pour maison individuelle
Pellets : prix pour 6000 kg