INfos mazout et indices des prix

infos mazout du 20 novembre 2019

Les prix du pétrole ont terminé en nette baisse mardi, entre la guerre commerciale sino-américaine qui semblait s'éloigner d'une résolution imminente et les signes d'une offre abondante sur le marché mondial.
A Londres, le baril de Brent a perdu 1,53 dollar, ou 2,5%, pour finir à 60,91 dollars.
Les cours ont ployé face à une série de nouvelles de nature à peser sur les prix avec, en premier lieu, des signes négatifs sur les négociations commerciales.Le président américain, Donald Trump, a notamment douché l'optimisme des acteurs du marché mardi en affirmant que si la Chine ne signait pas l'accord, son administration relèverait encore plus les tarifs douaniers.Il semblerait qu'on s'éloigne de plus en plus de la conclusion d'un accord, même partiel, entre les deux parties. Or la guerre commerciale entre les deux plus grandes économies mondiales pèse sur la croissance mondiale et, par ricochet, sur la demande en énergie.
Dans le même temps, l'offre de brut augmente un peu partout dans le monde. En Norvège, le grand champ de pétrole dans la mer du Nord dont l'exploitation a débuté en septembre est déjà en train de produire 300.000 barils par jour, ce qui est bien plus que ce qui était attendu.Il est par ailleurs rapporté que la Russie n'est pas prête à accepter lors de la prochaine réunion avec l'OPEP en décembre une nouvelle réduction de sa production.
Et aux États-Unis, le dernier rapport de l'Agence américaine d'informations sur l'Energie a montré que la production avait encore grimpé au niveau record de 12,8 millions de barils par jour.Les acteurs du marché attendent désormais les chiffres sur les stocks de pétrole aux États-Unis, publiés mercredi par l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA).

infos mazout du 19 novembre 2019

Les prix du pétrole ont terminé en baisse lundi, les investisseurs s'inquiétant des signaux contradictoires sur le conflit commercial entre la Chine et les Etats-Unis qui pèse sur la croissance mondiale et par ricochet sur la demande en énergie.
A Londres, le baril Brent a perdu 86 cents, ou 1,4%, pour finir à 62,44 dollars.
La hausse des prix que l'on constate depuis début octobre est en grande partie liée à l'espoir de voir un accord sur le commerce.Mais l'absence de progrès concrets entrave toute hausse supplémentaire.Selon la chaîne CNBC, citant une source gouvernementale chinoise, Pékin se montre plus pessimiste sur la signature d'un accord en raison du refus du président américain de lever des droits de douane punitifs sur les importations chinoises. Cette information a douché l'optimisme né avant le week-end de propos encourageants du conseiller économique de la Maison Blanche, Larry Kudlow, sur ce sujet.La guerre commerciale entre les deux plus grandes économies mondiales pèse sur la croissance mondiale, et a en conséquence incité les analystes à abaisser leurs prévisions de croissance de la demande de pétrole.
Les investisseurs se tournent maintenant vers les prochaines réunions OPEP et OPEP+.Les marchés chercheront à savoir si l'OPEP+ sera en mesure de contenir l'offre alors que la demande est en baisse lente mais constante.
Les 14 membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et leurs 10 partenaires, dont la Russie, se retrouvent à Vienne les 5 et 6 décembre.
Par ailleurs, le géant pétrolier saoudien Aramco a annoncé dimanche l'introduction prochaine en Bourse à Ryad de 1,5% de son capital, une opération qui devrait lui rapporter entre 24 et 25,5 milliards de dollars valorisant l'entreprise à environ 1.700 milliards de dollars.Aramco, qui produit environ 10% du pétrole mondial, est considéré comme le pilier de la stabilité économique et sociale du royaume, premier exportateur mondial de brut.En 2018, Aramco a réalisé un bénéfice net de 111,1 milliards de dollars.

infos mazout du 18 novembre 2019

Les prix du pétrole ont terminé en hausse vendredi, les investisseurs semblant réévaluer des données diffusées la veille sur les stocks aux Etats-Unis et faisant preuve d'optimisme sur le commerce.
Le baril de Brent s'est établi à 63,30 dollars à Londres, en hausse de 1,6% par rapport à la clôture de jeudi.
Selon un rapport de l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA) publié jeudi, les réserves commerciales de brut pour la semaine achevée le 8 novembre ont progressé de 2,2 millions de barils pour s'établir à 449,0 millions, là où les analystes interrogés par l'agence Bloomberg anticipaient une hausse plus faible de 1,5 million de barils.Ces chiffres avaient contribué à faire reculer les prix de l'or noir jeudi à la clôture.
Mais la hausse des stocks de brut s'est aussi accompagnée d'une extraction de 1,4 million de barils des réserves stratégiques américaines de pétrole ainsi que d'un recul de 2,5 millions de barils des produits distillés hors essence (fioul de chauffage et gazoel).Si on prend l'ensemble des stocks de pétrole aux États-Unis, on observe une baisse de 7,3 millions de barils. Il y a eu aujourd'hui une réévaluation des conséquences du rapport.
Sur la place new-yorkaise comme sur le marché pétrolier, les investisseurs semblaient rassurés par des déclarations de responsables américains ayant laissé entendre qu'un accord commercial partiel avec la Chine était tout proche.L'optimisme commercial est un facteur majeur. Tant que Donald Trump ne tweete pas dans un sens contraire, cela renforce le marché des actions et, par conséquent, celui du pétrole.
Selon le consensus des analystes, un ralentissement de la croissance de la production et de la demande est imminent, mais son rythme et son calendrier seront cruciaux pour déterminer les prix adéquats.

infos mazout du 15 novembre 2019

Les prix du pétrole ont reculé jeudi, réagissant à la baisse plus importante que prévu des stocks de brut américains et à une nouvelle hausse de la production à un niveau record.
Lors de la semaine achevée le 8 novembre, les réserves commerciales de brut ont progressé de 2,2 millions de barils pour s'établir à 449,0 millions, là où les analystes interrogés par l'agence Bloomberg anticipaient une hausse de 1,5 million de barils.Il s'agit de la huitième hausse en neuf semaines pour les stocks de brut américains.
La production de pétrole a atteint un nouveau record, les États-Unis extrayant en moyenne 12,8 mbj, soit 200.000 barils de plus que la semaine précédente.Les importations sont à leur plus bas depuis 1996, à 5,8 millions de barils par jour.
Avant le rapport de l'EIA, les cours de l'or noir étaient orientés à la hausse, soutenus par les propos mercredi du secrétaire général de l'OPEP, qui a laissé entendre qu'une révision à la baisse de l'offre était possible en 2020.Le secrétaire général de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) avait dit s'attendre à une possible "amélioration" de la demande en 2020, notamment si les États-Unis et la Chine parviennent à un accord commercial, et en cas de "net" ralentissement de l'offre des pays non-OPEP.L'organisation doit tenir sa prochaine réunion dans trois semaines à Vienne avec ses partenaires, dont la Russie (OPEP+).

infos mazout du 13 novembre 2019

Les prix du pétrole ont un peu baissé mardi après un discours de Donald Trump à New York au cours duquel le président américain est resté évasif sur l'imminence d'un accord commercial entre Washington et Pékin.
Devant le Club économique de New York, Donald Trump a vanté la bonne santé de l'économie américaine tout en défendant l'imposition de droits de douane punitifs contre la Chine.Il a affirmé que l'on était "proche" d'un accord commercial partiel avec Pékin avant de tempérer son optimisme en soulignant qu'il ne signera un texte que s'il est "acceptable pour les Américains".
Les acteurs du marché ont par ailleurs continué de guetter toute nouvelle déclaration des pays membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), qui doit tenir sa prochaine réunion début décembre à Vienne avec ses partenaires.Pour l'instant, le plus vraisemblable est que l'OPEP maintienne la réduction de sa production au même niveau, les membres de l'organisation ayant laissé entendre que la mise en place de baisses plus importantes était improbable.L'OPEP et ses partenaires sont engagés depuis 2016 dans une réduction volontaire de leur production afin de soutenir les cours.
Les cours de l'or noir étaient orientés à la hausse en début de séance grâce notamment à des informations sur les stocks américains.La publication par l'Agence américaine d'informations sur l'énergie (EIA) des données sur les réserves de brut américaines aura lieu jeudi au lieu de mercredi, en raison du lundi férié aux États-Unis.

Ces indications, sans engagement, reposent sur le prix indicatif du jour pour une livraison franco citerne de 4'000 litres de mazout extra-léger, TVA, taxe Co2 et RPLP incluses.
Source : Office fédéral de la statistique
Calculation : Union Pétrolière, Centre Information Mazout, 1008 Prilly

Mazout : consommation annuelle 3001-6000l
Gaz : type de consommation II pour maison individuelle
Electricité : type de consommation V pour maison individuelle
Pellets : prix pour 6000 kg