INfos mazout et indices des prix

infos mazout du 16 juillet 2019

Les prix du pétrole ont terminé en baisse lundi alors que la tempête tropicale Barry s'éloignait, sans avoir fait trop de dégâts, du Golfe du Mexique et de ses côtes, importante zone pour l'or noir américain.
Les opérations de production de brut et de raffinage sont déjà en train de reprendre après le passage de la tempête tropicale. De nombreuses plateformes en mer avaient suspendu leur activité à l'approche de cette intempérie, alimentant grandement la montée des cours en fin de semaine dernière.Par prévention, des plateformes représentant jusqu'à 73% de la production dans le Golfe du Mexique avaient été évacuées.Mais après avoir largement épargné la ville très exposée de La Nouvelle-Orléans et les raffineries situées le long des côtes, la tempête montait lundi plus vers le nord du pays. Et les compagnies commençaient à réacheminer leurs employés vers les plateformes évacuées.
Très attendus, des indicateurs sur l'économie de la Chine, premier importateur de matières premières au monde, se sont montrés mitigés.La croissance chinoise s'est essoufflée sur un an au deuxième trimestre (+6,2%), signant sa plus faible performance depuis au moins 27 ans.Les chiffres des ventes de détail (+9,8% contre +8,6% en mai) et de la production industrielle (+6,3% contre +5% en mai) ont cependant dépassé les attentes.

infos mazout du 16 juillet 2019

Les prix du pétrole ont terminé en baisse lundi alors que la tempête tropicale Barry s'éloignait, sans avoir fait trop de dégâts, du Golfe du Mexique et de ses côtes, importante zone pour l'or noir américain.
Les opérations de production de brut et de raffinage sont déjà en train de reprendre après le passage de la tempête tropicale. De nombreuses plateformes en mer avaient suspendu leur activité à l'approche de cette intempérie, alimentant grandement la montée des cours en fin de semaine dernière.Par prévention, des plateformes représentant jusqu'à 73% de la production dans le Golfe du Mexique avaient été évacuées.Mais après avoir largement épargné la ville très exposée de La Nouvelle-Orléans et les raffineries situées le long des côtes, la tempête montait lundi plus vers le nord du pays. Et les compagnies commençaient à réacheminer leurs employés vers les plateformes évacuées.
Très attendus, des indicateurs sur l'économie de la Chine, premier importateur de matières premières au monde, se sont montrés mitigés.La croissance chinoise s'est essoufflée sur un an au deuxième trimestre (+6,2%), signant sa plus faible performance depuis au moins 27 ans.Les chiffres des ventes de détail (+9,8% contre +8,6% en mai) et de la production industrielle (+6,3% contre +5% en mai) ont cependant dépassé les attentes.

infos mazout du 15 juillet 2019

Les prix du pétrole ont terminé en petite hausse vendredi à la fin d'une semaine marquée par des tensions géopolitiques autour de l'Iran, l'arrivée d'une tempête perturbant la production aux Etats-Unis et les craintes persistantes sur la demande en brut.Sur la semaine, le Brent a gagné 3,9%
D'un point de vue macroéconomique, les indices de Wall Street ont atteint de nouveaux records alors que le président de la Banque centrale américaine a laissé la porte ouverte à d'imminentes baisses des taux d'intérêt. De quoi entraîner dans leur sillage les autres actifs jugés risqués comme le pétrole.
D'un point de vue fondamental, les producteurs américains ont suspendu environ 58% de la production de brut dans le Golfe du Mexique, l'équivalent d'environ 1,1 million de barils par jour (mbj), avec la fermeture de plusieurs centaines de plateformes à l'approche de la tempête tropicale.
Parallèlement les autorités américaines ont dans un rapport hebdomadaire mercredi fait état d'une chute hebdomadaire de 9,5 millions des stocks de barils de brut aux États-Unis alors que les raffineries fonctionnent à leur cadence la plus élevée depuis le début de l'année.
Et d'un point de vue géopolitique, la situation reste tendue autour de l'Iran suite à l'arraisonnement la semaine dernière au large de Gibraltar d'un pétrolier iranien soupçonné de faire route vers la Syrie. Londres a accusé des bateaux iraniens d'avoir tenté en représailles, mercredi soir, de bloquer un pétrolier britannique dans le détroit d'Ormuz.
La somme de ces événements alimente les craintes sur le niveau de l'offre, alors que depuis plusieurs mois c'est plutôt celui de la demande qui posait question.Dans son rapport mensuel publié jeudi, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) a ainsi prévu une demande en baisse pour son pétrole brut en 2020.

infos mazout du 09 juillet 2019

Les prix du pétrole ont terminé en ordre dispersé lundi, les investisseurs restant en retrait entre la montée des tensions autour du programme nucléaire iranien et les inquiétudes sur le ralentissement de la croissance mondiale.

Le Brent, faisant référence pour l'Europe, a reculé de 12 cents, ou 0,2%, pour terminer à 64,11 dollars à Londres.

Les acteurs du marché redoutent maintenant une baisse de la demande en or noir au moment où la croissance mondiale ralentit et où la production a beaucoup augmenté ces derniers mois aux Etats-Unis.

Avec le prolongement de l'accord de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et ses partenaires, qui se sont engagées la semaine dernière à limiter leur production, "les graines ont été semées pour une diminution des stocks mondiaux dans les prochaines semaines", estime Stephen Brennock, analyste pour PVM

infos mazout du 04 juillet 2019

Le pétrole gâche une occasion de renforcer sa remontée après la réunion de l’OPEP. Malgré une réaction initiale légèrement favorable, le prix du baril de Brent reste hésitant, bien que l’OPEP et ses partenaires, emmenés par l’Arabie Saoudite et la Russie aient décidé d’étendre leur accord visant à plafonner leur production de pétrole. En effet, l’OPEP et ses partenaires se sont entendus pour prolonger de neuf mois, jusque mars 2020,  cet agrément les obligeant à limiter leur production à un total cumulé de 1,2 million de baril de pétrole par jour. Malgré cette décision prévisible de l’OPEP, le prix du Brent demeure incertain.

Ces indications, sans engagement, reposent sur le prix indicatif du jour pour une livraison franco citerne de 4'000 litres de mazout extra-léger, TVA, taxe Co2 et RPLP incluses.
Source : Office fédéral de la statistique
Calculation : Union Pétrolière, Centre Information Mazout, 1008 Prilly

Mazout : consommation annuelle 3001-6000l
Gaz : type de consommation II pour maison individuelle
Electricité : type de consommation V pour maison individuelle
Pellets : prix pour 6000 kg